Pourquoi la cueillette sauvage ? 

À la fin de mon expédition, j'aurai probablement des feuilles enchevêtrées dans mes cheveux, les rayures de griffures  de bruyère sur mes bras, des traînées de saleté sur mon visage et un véhicule plein de matière végétale. Ce qui me convient très bien, et je préfère avoir profité d' un pique-nique et de l'aventure au milieu de la boue dans les bois que de dîner dans un restaurant et voir un film tous les jours. -Kiva Rose, herboriste

Si vous n'avez jamais fait de cueillette sauvage  avant, laissez-moi être la première à vous dire que cela peut être un travail difficile!

Vous devez d'abord être en mesure d'identifier correctement le lieu de production. Ensuite, vous devez trouver la plante dans un écosystème sain où vous avez la permission de récolter. Vous devez avoir avec vous le bon jeu d'outils pour la récolte et le savoir-faire pour récolter la plante de façon durable.

Ensuite commence le travail acharné de la récolte. Cela peut signifier patauger dans les marais pour obtenir vos quenouilles, bravant les épines pour accéder à vos baies d'aubépine, ou passer par un bon débroussaillage  dans des endroits accidentés pour trouver des baies de sureau. En cueillette sauvage, vous aurez à supporter la chaleur du soleil, le vent incessant, les insectes et autres ravageurs. les plantes sauvages peut signifier se pencher pendant des heures pour obtenir suffisamment de fleurs de violette pour remplir un petit pot, ou travaillant de toutes vos forces pour creuser et espérer récupérer  la racine de bardane dans un sol rocailleux.

Une fois que vous avez les plantes en main, vous n'avez fait que la moitié ! Les plantes doivent être emmenées  à la maison, nettoyées et traitées, puis transformées en nourriture ou  médicaments. Ouf!

Alors, pourquoi une personne saine d'esprit fait ce genre de travail?

La cueillette sauvage  peut augmenter la santé des plantes et leurs éco-systèmes

Nous pouvons augmenter la vitalité d'un domaine en interagissant avec lui d'une manière consciente.

Aérer le sol, disséminer des graines et élaguer des branches sont un bon moyen  pour aider la nature à créer un éco-systèmes solides et plus saint .

 

Molène (Verbascum thapsus)

Nous pouvons également assurer la santé des zones que nous visitons régulièrement en parlant en leur nom. Par exemple, il y a un spot de cueillette  près de chez moi où de nombreux plants de molène jaillissent chaque année. Je peux facilement récolter les feuilles, les racines et les fleurs en une seule visite. L'année dernière, j'étais dévastée de constater que la zone avait été pulvérisée avec un herbicide.

J'ai contacté le voisin qui possédait des terres à proximité et ai expliqué ce qui s'était passé et que je récoltais les plantes à cet endroit pour soigner mes problèmes. Cette personne a été fascinée d'apprendre que toutes ces «mauvaises herbes nuisibles» étaient en fait utiles pour les maux dont lui et sa femme souffraient . Il a accepté volontiers de ne plus jamais pulvériser là .

Il y a plusieurs façons semblables où nous pouvons activement éduquer nos voisins à garder nos écosystèmes en bonne santé. Parcs publics locaux où les enfants jouent sont souvent inutilement traitées avec des herbicides. Vous pouvez participer au déclin de  cette pratique -

à la demande de citoyens de nombreux parcs publics en France adoptent une politique sans produits chimiques.

La cueillette sauvage aide à  ​​la connexion.   En récoltant nos propres plantes pour l'alimentation et les soins naturels, nous nous connectons avec les plantes elles-mêmes, avec leur écosystème, et avec les forces vives de cette terre. Pour moi, cette connexion m'apporte la joie de vivre , une sorte de méditation active...

La cueillette sauvage nous apprend sur les plantes. Visiter les plantes à travers les saisons, s’asseoir avec elles, et les voir se déplacer: l'observation de la terre où elles vivent nous donne une multitude d'informations que nous n'aurions jamais eu simplement en les commandant via Internet. 

                                                       

Le millepertuis est un être vivant unique. En pleine floraison autour du solstice d'été, il a une affinité particulière pour le soleil qui ajoute à la complexité de ses propriétés actives.Écraser les fleurs jaunes fraîches entre vos doigts se traduira par une tache rouge foncée à violette. Une plante étonnante à connaître en personne !

La cueillette sauvage est la plupart du temps gratuite. Cela vous coûtera votre temps et probablement un peu de patience, mais les herbes  sauvages sont par ailleurs très facile à trouver : De quoi se soigner et de la nourriture libre juste devant votre porte.

 

Récolte de sureau

La cueillette sauvage nous donne une alimentation saine. Au printemps, quand beaucoup de gens ont soif de légumes frais de leurs jardins, nous récoltons les herbes sauvages au moins un mois avant que les récoltes agricoles locales arrivent sur ​​le marché. Nous mangeons aussi une plus grande variété d'aliments que se trouvent généralement dans un rayon proche de notre habitation. Les aliments sauvages ont généralement plus de nutriments que dans les aliments cultivés à grande échelle.

 

Le Mouron des oiseaux est une verdure de printemps  très nutritive, qui est à la fois savoureuse et une plante médicinale merveilleuse.

La cueillette sauvage de plantes médicinales contribue à une médecine de qualité . Tout comme manger des tomates fraîches du jardin est beaucoup plus agréable que de manger des tomates qui ont été cueillis vertes, puis expédiés à partir des milliers de km de là, la récolte des plantes saines et  une préparation avec soin donne des résultats plus élevés qu'avec des plantes dont vous ne saurez la provenance ni la qualité de stockage et d'emballage . 

 

Millepertuis infusé dans de l'huile d'olive

La cueillette des herbes sauvages c'est  être dans l'autonomisation. J'ai récemment voyagé à travers les garrigues du sud-ouest  et quand je suis arrivée j'avais une infection des voies urinaires. Bien que j' avais une trousse de premiers soins à base de plantes avec moi, rien n'était vraiment prévu pour ce genre de problème. J'ai paniqué un instant. dois-je trouver un médecin? Allais-je devoir arrêter la voiture toutes les vingt minutes pour  trouver une salle de bains ? Mes craintes se calmèrent quand j'ai réalisé que j'étais entourée par de nombreuses plantes qui étaient spécifiques aux infections de la vessie. J'ai pu assez facilement récolter baies de genièvre et des fleurs d'achillée. J'étais  déjà mieux dans les heures qui suivirent  grâce à une tisane composée de ces plantes. En fait, après avoir mâché quelques baies de genièvre, j'étais presque tout de suite mieux.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Quoi de neuf ?

Formations 

Modules complets

 

Soigner ses proches avec les plantes.

 

Les plantes au féminin

 

Devenir herbaliste

 

Devenir naturopathe

 

Devenir conseiller en produits phytothérapeutiques 

 

Stages 2018

 Le Kit de l'Herboriste



Formation plantes médicinales Bretagne

©Ecole des Herbes/Les jardins de Koantiz, tous droits réservés 2018,   

contact@ecoledesherbes.org                                                                                

Tel: 09 51 52 02 73