Fabriquer son macérât huileux


Les huiles végétales ( olive, tournesol, amande douce, carthame...) permettent de conserver une plante fraîche pendant des mois et d' extraire une partie des principes actifs . 

Chacune de ces huiles possède des qualités particulières ... 

Un macérât peut être utilisé en cuisine, en cosmétique, en massage...un bon support pour profiter de certaines plantes même en hiver !

Mais pour un bon macérât qui ne rancit pas en quelques semaines, certaines conditions sont donc nécessaires, de la qualité de la cueillette au stockage pendant la macération . 

Plusieurs écoles existent quant à la réalisation d'un macérât de qualité : je me baserai donc sur mes 6 années d'expériences dans ce domaine pour vous donner les meilleurs astuces, à vous de tester d'autres recettes selon vos envies :)

 

Choisir son huile

Selon le type d'utilisation ( pour massage, à incorporer dans un baume , ou en cuisine) , vous aurez à prendre en compte plusieurs qualités pour votre huile, en plus de la choisir bio et de première pression à froid :

  • Sa stabilité dans le temps dans des conditions optimums ( conservée à l'abris de la lumière et pas d'écarts de température)
  • Sa viscosité 
  • Sa qualité de pénétration et sensation sur la peau 

Selon la plus part des herbalistes, la préférence se pose sur l'huile d'olive comme base de macération car elle ne s'oxyde pas facilement et permet une meilleure conservation dans le temps : personnellement j'utilise une excellente huile de tournesol bio , riche en vitamine E donc peu sensible au rancissement et elle se conserve facilement d'une année sur l'autre voire plus longtemps. Je considère l'huile d'olive trop acide pour la peau des enfants et elle possède une odeur un peu trop marquée pour réaliser des cosmétiques par exemple.Mais rien ne vous empêche de faire vos propres essaies avec notamment  l'huile d'amande douce, l'huile d'argan  ou de bourrache, pourquoi pas? sachant que les principes actifs de la plante s'infuseront avec la même intensité , quelque soit l'huile choisie .

 

 

La plante

Je ne mets pas les plantes en macération de suite après la cueillette ( par temps sec) mais quelques heures après, histoire de ne pas avoir trop d'humidité : la plante perdant une bonne partie de principes actifs par évaporation, j'aime à penser que mon macérât sera plus efficace avec des plantes fraîches même si la conservation est très délicate . 

  • Lors du remplissage du bocal, couvrez vos plantes d'huile en dépassant celles-ci de  5 cm environs . 
  • L'eau des plantes doit pouvoir s'évaporer, c'est pourquoi une simple gaz suffira à couvrir le bocal, pour éviter les poussières . 
  • Posez votre bocal plein d'huile et de plantes dans un endroit à bonne température ( une chaufferie) ou au bord d'une fenêtre au soleil . Avant de le mettre au soleil, placez le dans un sac en papier pour éviter l'oxydation des principes actifs et de l'huile par les UV du soleil.
  • Dynamisez votre huile avec les plantes, chaque jour afin d'activer l'infusion, soit en remuant votre bocal ou à l'aide d'une baquette . 
  • Laissez macérer jusqu'à 1 mois et plus selon votre envie.


Si la saison est plutôt fraîche ou humide, vous aurez avantage à chauffer votre macération pendant 1 heure au bain-marie ( votre bocal est posé dans une casserole d'eau à 45 °C). Ce procédé permet de mieux extraire les arômes et principes actifs de la plante et de faire évaporer l'excédent d'humidité, préjudiciable à la conservation de votre produit .  

 

 

Filtrer le macérât 

Après filtration, laissez reposer votre huile et vérifiez si vous avez une couche d'eau dans le fond de votre bocal : si c'est le cas, veillez à séparer l'huile de l'eau afin d'avoir une huile propre et apte à tenir la conservation dans un récipient hermétiquement fermé et dans un endroit exempte de lumière . 

Ce macérât pourra alors se conserver 1 à 2 ans . 

 

Retrouvez tous les ustensiles et ingrédients pour réaliser cette recette dans le kit de l'Herboriste...

 

 

                                                                                                   Valérie Stoll, 2015

Sources: Thierry Thévenin, le chemin des herbes 2008

http://www.altheaprovence.com/blog/macerat-huileux/

Photos : Valérie Stoll

film : Pauline Rébufat et Valérie Stoll

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 9
  • #1

    Jocelyne (vendredi, 18 décembre 2015 16:45)

    il me semblait que l'huile dans laquelle avait macéré le millepertuis prenait une belle couleur rouge...

  • #2

    valerie stoll (vendredi, 18 décembre 2015 21:39)

    Effectivement, la couleur rouge du macérât de millepertuis, quand il est mature, confirme un produit très riche en principes actifs donc efficace à l'application .
    Sur les photos de la page, il s'agit du calendula, qui une fois macéré, va colorer très légèrement l'huile en un beau jaune doré .

  • #3

    marie (vendredi, 30 septembre 2016 17:58)

    Lors de la filtration, il faut un endroit exempte de lumière, mais pour la conservation on peut mettre le bocal recouvert d'un sac en papier, au soleil ?

  • #4

    Valérie (samedi, 01 octobre 2016 15:41)

    Pour la conservation, votre huile doit être mise dans un endroit sans lumière et sans écarts de température pour assurer une bonne conservation dans le temps sinon l'huile rancit et les propriétés de la plantes macérée risquent de changer .

  • #5

    Pauline (lundi, 26 décembre 2016 17:13)

    Bonjour j'ai reçu le kit de l'herboriste avec cette recette a réaliser. Dois je mettre tout le paquet "infusion" de calendula dans l'huile? (25gr) merci d'avance!

  • #6

    Valérie (lundi, 26 décembre 2016 19:56)

    Bonjour Pauline,
    Mettez dans votre bocal de quoi le remplir en tassant un peu , il vous en restera un peu pour une autre recette éventuellement ! N'oubliez pas que des plantes sèches se regonflent après immersion dans l'huile après quelques heures donc laissez une marge entre les plantes , l'huile et le bord du bocal .

  • #7

    Ulysses Calder (lundi, 23 janvier 2017 01:04)


    Hi there everyone, it's my first visit at this website, and paragraph is actually fruitful designed for me, keep up posting these articles or reviews.

  • #8

    Nerissa Seely (lundi, 23 janvier 2017 06:31)


    That is really attention-grabbing, You're an overly professional blogger. I've joined your feed and look forward to seeking extra of your fantastic post. Also, I've shared your website in my social networks

  • #9

    oriane (mardi, 08 mai 2018 15:08)

    Bonjour, petite question qui a toute son importance: le bain marie c'est pour éviter de faire macérer pendant un mois ou bien c'est APRES la macération d'un mois???
    Hier, j'ai réalisé la recette en faisant uniquement le bain marie pendant 1h30 et en revenant lire l'article aujourd'hui j'ai comme un gros doute...... J'espère avoir vite votre réponse car les lilas du chemin à côté de chez moi commencent doucement à faner et j'aimerais en profiter pour faire des réserves de macérat avant d'attendre l'année prochaine.

Quoi de neuf ?

Formations 

Modules complets

 

Soigner ses proches avec les plantes.

 

Les plantes au féminin

 

Devenir herbaliste

 

Devenir naturopathe

 

Devenir conseiller en produits phytothérapeutiques 

 

Stages 2018

 Le Kit de l'Herboriste



Formation plantes médicinales Bretagne

©Ecole des Herbes/Les jardins de Koantiz, tous droits réservés 2018,   

contact@ecoledesherbes.org                                                                                

Tel: 09 51 52 02 73