La lessive végétale

La nature au quotidien

 

Il est difficile aujourd'hui d'imaginer l'hygiène sans avoir recours à son supermarché local : savon, shampoing, dentifrice, produits détergents, lessive... Et pourtant, pendant des centaines de milliers d'années , l'homme n'a eu d'autres choix que de se tourner vers son environnement immédiat pour trouver ce dont il avait besoin au quotidien, que ce soit de la nourriture, des matériaux pour fabriquer des objets ou encore des principes actifs pour se soigner par exemple.C'est donc de plantes, d'animaux, et de minéraux qu'il se servait pour faire face à ses besoins, y compris pour se laver ou laver son linge ....

Des plantes tensio-actives

Il se trouve en effet qu'un certain nombre de plantes présentent un pouvoir moussant lorsqu'elles sont pressées dans un peu d'eau et de plus, celui-ci est associé à un pouvoir détersif. 

Ces propriétés sont même d'ailleurs directement à l'origine de ces plantes, la saponaire ( Saponaria officinalis) , sapo signifiant savon en latin. 

Elles sont en fait dues à une molécule appelée saponoside ( de même origine étymologique ), présente dans ces plantes . Il existe de nombreuses sortes de saponosides  mais toutes sont des héterosides : des molécules qui, au contacte de l'eau, réagissent avec celle-ci et se transforme en une nouvelle molécule, la saponine. Comment la saponine est-elle en mesure de nettoyer ? grâce à ses propriétés tensio-actives car ces molécules ont la capacité de se combiner à la fois aux matières grasses et à l'eau. Elles sont donc en mesure d'emprisonner la saleté grasse . 

 

A noter que ces mêmes propriétés tensio-actives sont la cause de la toxicité de ces plantes vis-avis des organismes vivants: elles permettent en effet au molécules de saponine d'agir avec les stérols présents dans la membrane des globules rouges , qui se déstructurent et deviennent poreuses . Il en résulte une fuite de l'hémoglobine, qui à grande échelle, est mortelle. . Cette propriété n'est bien-sûr pas spécifique aux hommes : les saponosides sont avant tout fabriqués par les plantes pour se protéger des prédateurs et des parasites . Ainsi , de nombreuses saponines ont des propriétés anti-fongiques, anti-bactériennes, ou encore anti-virales...bien pratiques pour nous lorsque nous les utilisons comme savon !

Les plantes à saponine

  • LE MARRON D'INDE (Aesculus hippocastanum)
  • LE LIERRE ( Hedera helix )
  • LE TROENE ( ligustrum vulgare)
  • LA SALSEPAREILLE ( Smilax aspera )
  • L'ARUM ( Arum spp) ...

...mais aussi : 

  • les pousse D'ASPERGE ( asparagus spp. ) 
  • les feuilles et racines  de BETTERAVE (Beta vulgaris)
  • la TOMATE (Solanum lycopersicum)

Dangereuses ou pas ? 

Comment se fait-il que certaines de ces plantes soit comestibles alors que d'autres se trouvent être de dangereuses empoisonneuses ? 

Tout simplement parce que toutes les saponines n'agissent pas de la même manière ; ainsi certaines se révèlent être digestives et dépuratives en petite quantité . C'est pour cette raison que la saponaire (Saponaria officinalis ) a pu être utilisée comme plante médicinale . 

D'autre part,les substances qui accompagnent les saponosides sont à prendre en considération également : pour passer dans le sang , les saponines doivent passer la barrière intestine, dont le rôle est justement de faire obstacle à ces indésirables. Elles doivent donc être accompagnées de substances irritantes  (comme les oxalates de calcium par exemple dans le cas des arums ) qui blesseront les parois intestinales et permettront aux saponines d'être absorbées . 

La pratique : Lessive au lierre 

  • Ramassez des feuilles de lierre.
  • Les mettre dans une casserole, les couvrir d'eau et porter à ébullition. Laissez bouillir une dizaine de minutes . 
  • Laisser refroidir puis passer au robot mixeur.
  • Bien malaxer à la main pour en extraire le maximum de saponine.
  • Filtrer et mettre en bouteille 
  • Lors de l'utilisation, mettre l'équivalent d'environs  2 verres directement dans le tambour de la machine à laver . 

 

                                                                                         Valérie Stoll, 2015

 

Sources : 

L'aventure au coin du bois, collectif, 2011

http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/lierres-decoratifs.php

http://ca.wikipedia.org/wiki/Arum_italicum

http://pecita.com/plantes/pla_030.html

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    AYLA (dimanche, 19 avril 2015 15:10)

    Bonjour,
    Très intéressante la soupe au lierre pour le linge mais.....combien de feuilles pour combien d'eau ???

  • #2

    Valérie (samedi, 18 juillet 2015 12:24)

    En général, on couvre la plante d'eau , le dosage se faisant selon le récipient .